Vendre mon appartement seul et au meilleur prix

Vendre mon appartement seul

« Pourquoi payer une agence immobilière pour vendre mon appartement, alors que je peux le faire moi-même ? » : nombreux sont les propriétaires qui refusent de confier la vente de leur bien à un professionnel. J’ai souvent rencontré des vendeurs qui, las de ne pas vendre, finissaient par faire appel à moi, après avoir perdu un temps précieux : les particuliers, qui connaissent peu le marché immobilier, font souvent des erreurs qui ont parfois des conséquences sur le prix de vente.

Pour éviter de tomber dans les pièges les plus fréquents, je vous donne aujourd’hui les 3 règles à respecter pour vendre votre appartement seul et au meilleur prix.

Ne pas surestimer mon bien

Souvent, les propriétaires donnent à leur bien une valeur sentimentale très forte. Cet attachement se ressent sur le prix : la plupart des vendeurs surestiment leur bien, qui ne se vendra pas.

Si vous trouvez un acquéreur, soyez sûr qu’il cherchera à négocier : une négociation sans intermédiaire est toujours difficile, surtout si vous êtes attaché à votre bien. Il est compliqué de baisser le prix d’un bien auquel on tient, et une négociation trop longue aura peu de chances d’aboutir.

Ne pas laisser mon bien trop longtemps sur le marché

Prix trop élevé, mauvaise stratégie de diffusion de l’annonce, visites inutiles, etc. : les raisons pour lesquelles un bien ne se vend pas sont nombreuses. Or, un bien qui reste trop longtemps sur le marché perdra de sa valeur.

Pour éviter de dévaloriser votre bien par une trop grande visibilité, soyez donc très vigilant en amont de la diffusion de l’offre de vente : une fois que vous avez estimé votre bien au plus près de sa valeur réelle, réfléchissez avec soin à la diffusion de votre annonce.

Signer rapidement le compromis auprès de votre notaire

Le vendeur doit respecter un nombre important d’obligations légales : elles vous demanderont du temps et de la rigueur. Ne perdez pas de temps, de nombreuses ventes n’aboutissent pas car, tant que le compromis n’est pas définitivement signé devant un notaire, l’acquéreur ne se sent pas aussi engagé que si il était face à un professionnel.

Retour haut de page